J – 12 : Réaliser un véritable cadastre du mobilier urbain sur la commune

CONSTAT

Chacun de nous a déjà vu :
– un mobilier urbain désaffecté, abîmé, taggé ;
– un distributeur de doggynets vide ;
– une rue avec deux poubelles distantes de 5 mètres ;
– à l’inverse, une rue sans aucune poubelle à proximité ;
– une plaine de jeux aux installations pas très sécurisantes ou vieillissantes ;
– de manière générale, des infrastructures dans lesquelles la commune n’a plus investi depuis un bail…

Et pour cause ! Au jour d’aujourd’hui, la Ville ne dispose toujours pas d’un cadastre précis des infrastructures publiques sous sa responsabilité. Combien de poubelles publiques sur le territoire ? On a une vague idée. Où se situent-elles ? Bah… De quand date le dernier check-up complet de telle plaine de jeux ? Ou dans quel quartier ne dispose-t-on pas de telles facilités ? Dans quel état général se trouvent les toilettes publiques ?
On peut multiplier les exemples…

MESURE

Mettre sur pied un véritable cadastre du mobilier urbain de la commune de Verviers, reprenant toutes les infrastructures mobilières étant de la responsabilité de la commune : bancs, poubelles, cani-sites, doggynets, escaliers, plaines de jeux, urinoirs, …
Techniquement, ce n’est pas bien compliqué, mais cela demande du temps, beaucoup de temps, pour répertorier et inventorier chacun de ces mobiliers.
Il faut donc une volonté politique forte pour engager un chantier de l’ombre, dont les effets seront ultra bénéfiques pour la communauté… mais pas visibles !

OBJECTIFS

Une connaissance de nos infrastructures. Parce qu’on ne peut imaginer travailler correctement sans savoir exactement ce dont on dispose.
Une vitesse de réaction plus grande face aux dégradations. Dégradations qui, elles aussi, doivent être systématiquement répertoriées dans le cadastre.
Une réaction appropriée face aux dégradations. Les bancs publics sont constamment et régulièrement dégradés dans une rue donnée ? Cessons de nous acharner et n’y installons plus aucun banc public, ou organisons une opération flag’ à cet endroit précis.
Un entretien régulier mais surtout rationnel. Et pas au petit bonheur la chance des tournées ! Grâce au cadastre, les équipes en charge de l’entretien doivent pouvoir évaluer à quelle fréquence la vérification et l’entretien des infrastructures communales doivent être réalisés. C’est important pour les bancs, les bulles à verre, etc., mais surtout, par exemple, pour les plaines de jeux !
Une cartographie claire. Qui permettra à l’avenir de rationaliser l’installation de nouveaux mobiliers urbains.
Et qui dit rationalisation dit, à terme, économies… 

MOYENS

Une décision politique de l’Echevin des Travaux avec l’accord du Conseil communal.
L’implication sur le terrain des employés du service des Travaux pendant plusieurs mois pour réaliser ce cadastre..